15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Ven 15 Déc - 20:48

Rappel du premier message :

15 décembre 1923, à la XIIIème conférence du Parti Bolchevik, pour la première fois, Staline attaque Trotsky « ad hominem ».
L'article suivant a été publié dans le N°77 de La Lutte de Classe (octobre 1963).

« FRACTIONNISME TROTSKISTE », HERITIER DU BOLCHEVISME.

Il y a 40 ans, dans le Parti Bolchevik et L'Internationale Communiste, s'engageait une discussion qui ne devait se terminer que quatre ans plus tard, par l'exclusion de tous les éléments révolutionnaires. Pour la première fois, en cet automne 1923, la bureaucratie soviétique manifestait ouvertement son existence politique. La campagne contre les révolutionnaires, contre le « fractionnisme trotskyste » commençait.

Mais ces événements s'inscrivaient dans un cadre beaucoup plus large. Plus que les petites combines des homes de l'appareil, il y avait le reflux de la vague révolutionnaire qui avait suivi la première guerre mondiale, reflux qui allait emporter à son tour l'Internationale.

En fait, depuis l'échec de l'Armée Rouge en Pologne, la révolution reculait sur tous les fronts, « l'offensive révolutionnaire » de mars 1921 en Allemagne ne pouvait enrayer ce mouvement. En octobre 1922, Mussolini formait le premier ministère fasciste. En septembre 1923, c'était en Espagne le coup d'État de Primo de Rivera.

Ce recul ne devait pas épargner la Russie des soviets. Dès 1921 la N.E.P. représentait toute une série de concessions faites aux éléments de la ville et de la campagne. La fin de la guerre civile trouva le pays épuisé à un tel point, l'économie si délabrée, qu'il fallut bien en passer par là et renoncer au communisme de guerre.

Le Parti Bolchevik était parfaitement conscient qu'il s'agissait d'un recul, il n'essaya pas de le cacher. Et, pour éviter que la pression de la petite bourgeoisie qui allait immanquablement renaître de la N.E.P. ne se manifeste trop facilement dans le seul parti dirigeant, le Xème congrès supprima le droit de fractions.

Mais cette mesure se révéla parfaitement inefficace, elle se retourna même finalement contre les révolutionnaires, car ce ne fut pas à la périphérie du parti mais en son centre, dans son appareil, que se manifesta l'influence petite–bourgeoise.

La bureaucratisation de l'appareil d'État soviétique était un mal déjà ancien, mais qui ne pouvait aller qu'en s'accentuant avec la fatigue et l'apathie politique qui gagnaient les masses ouvrières. A partir de 1922, il s'avéra que le phénomène n'était pas limité aux fonctionnaires de l'état, nais gagnait également l'appareil du parti. Lénine, bien que malade, se préparait pour le XIIème congrès à livrer la lutte contre la bureaucratisation.

Sa deuxième rechute l'empêcha d'y participer, mais il fit parvenir sa « Lettre au Congrès » dans laquelle il demandait que Staline soit écarté du secrétariat général. Cette emprise grandissante des bureaux sur la vie du parti ne s'était pas encore manifestée dans le domaine de la politique de l'Internationale. Elle était surtout caractérisée par des moeurs nouvelles. A la libre et franche discussion faisaient place peu à peu les pressions et le chantage de toutes sortes.

Mais déjà, aussi, des différends apparaissaient dans le domaine de la politique économique. Dès la fin de 1922 Trotsky demandait un rythme d'industrialisation plus rapide de manière à pouvoir offrir des produits manufacturés aux paysans, à établir un équilibre entre les prix des produits industriels et agricoles. Trotsky utilisait l'image des ciseaux dont une branche représentait les prix agricoles et l'autre les prix industriels, les deux branches s'écartant de plus en plus. Il s'agissait donc de refermer les ciseaux, et c'était une question de première importance, car si la cherté des produits industriels lésait la paysannerie dans son ensemble, elle favorisait la différenciation sociale à la campagne, la naissance d'une classe de koulaks sur laquelle pouvait s'appuyer la bureaucratie.

L'industrialisation au contraire, en abaissant les prix du matériel agricole, aurait égalisé les chances des différents paysans, elle aurait de plus permis de réformer et de renforcer la classe ouvrière russe, qui avait pratiquement disparu en 1921 (il n'y avait plus que des chômeurs et des fabriquants de « perruque » destinée à être vendue au marché noir), et ne s'était que partiellenent reformée durant les deux premières années de la NEP.

Ainsi, au début de l'automne 1923, deux revendications importantes apparaissaient dans le parti, sur deux plans différents, mais en fait étroitement liés : celle d'un retour à la démocratie ouvrière, celle de l'industrialisation.

Mais à cette époque des faits nouveaux captèrent l'attention de tous, faisant passer la discussion qui s'ébauchait au second plan. La crise allemande approchait de son dénouement. La victoire de la révolution en Allemagne aurait été la fin de l'isolement de l'URSS, le salut de ln révolution soviétique, l'aube de la révolution mondiale. Et le parti communiste allemand se préparait à célébrer le 6ème anniversaire de la Révolution russe de la plus digne manière qui soit, en prenant le pouvoir à son tour.

La situation était objectivement révolutionnaire. Cela est indiscutable. Mais entre la politique suivie par le K.P.D. et celle qu'avait menée le Parti bolchevik en 1917, il y avait un fossé énorme, et cette différence était bien significative des nouvelles moeurs qui régnaient dans l'I.C. En Russie, toute Ia politique des révolutionnaires consista à démontrer aux masses la nécessité de la prise du pouvoir, à leur faire apparaître l'insurrection comme leur insurrection. En Allemagne l'Etat-Major communiste dressa ses plans
indépendamment du mouvement de masse. Si elle avait eu lieu, l'insurrection aurait coïncidé avec la montée révolutionnaire des masses, elle n'en aurait pas été l'aboutissement.

Au dernier moment l'insurrection fut décommandée : on venait de se rendre compte que les plans étaient faux, que les stocks d'armes étaient insuffisants. les bureaux s'étaient trompés !

Les masses n'avaient pas combattu, elles n'avaient pas été vaincues, mais le mouvement refluait. L'octobre allemand marqua un virage important, ce fut la dernière chance de la révolution russe, ce fut aussi le premier échec d'un mouvement révolutionnaire imputable à la bureaucratie.

Lorsque les nouvelles d'Allemagne arrivèrent en Russie, elles libérèrent tous les griefs accumulés contre la direction du parti et de l'I.C., manifestement responsable. Staline n'avait-il pas écrit en août : « Selon moi, on doit retenir les Allemands et non pas les stimuler ».

Quarante six bolcheviks éminents, parmi lesquels Piatakov, Préobrajensky, Sérébriakov, V.M. Smirnov, publièrent une déclaration où ils disaient notamment : « La présente situation est due au fait que le régime d'une dictature fractionnelle, qui se développa après le Xème congrès, a survécu à son utilité ».

Devant l'agitation croissante qui se développa, le triumvirat, Staline, Zinoviev, Kamenev - qui dirigeait en fait le parti depuis la maladie de Lénine - inquiet décida de lâcher du lest. Le 7 novembre, Zinoviev publia un article autorisant la discussion, et affirmant d'ailleurs que la démocratie ouvrière existait dans le parti. Le 5 décembre, le Comité Central adopta une résolution condamnant la bureaucratie, les privilèges spéciaux, permettant la restauration du droit de critique.

Trotsky, malade depuis le début novembre (c'est de son lit qu'il participa à toute la discussion), signa la résolution du C.C., mais compléta sa position on publiant quelques jours plus tard une lettre dans laquelle il posait le problème dans tout son ensemble et expliquait ses craintes sur le danger d'une dégénérescence bureaucratique.

Les réactions de la majorité du C.C. furent significatives de sa mauvaise foi. Alors qu'il ne semblait pas y avoir de désaccord entre la résolution du C.C. et la lettre de Trotsky, la Pravda se déchaîna contre ce dernier. De 1917 à 1923 les discussions s'étaient caractérisées par un certain côté conciliant en ce sens qu'il n'était pas dans les méthodes du parti d'envenimer la discussion par le rappel des divergences
passées. Là au contraire, la discussion ne porta pas tant sur les positions présentes de Trotsky que sur le rappel de ses « fautes passées » de 1903 à 1923.

La lutte contre l'opposition qui se formait sur la base de la revendication de la démocratie ouvrière et de l'industrialisation se confondit avec la lutte que menaient nombre de cadres supérieurs du parti contre Trotsky. La position de ce dernier n'était pas facile : nouveau venu dans le Parti bolchevik à la veille de la Révolution, il avait rapidement surclassé et dominé nombre de « vieux » bolcheviks. Commissaire à la
guerre, il avait souvent dû au cours de son activité piétiner bien des amours-propres. Pour beaucoup les ennemis de Trostky étaient animés par des sentiments de rancune, et ils ne se rendaient pas toujours compte que la politique qu'ils menaient était la négation du bolchevisme.

La discussion fit rage dans le parti jusqu'à la fin décembre. Le Comité Central décréta alors que Trotsky malade avait besoin de se reposer, et il l'envoya en Crimée. C'est là que celui-ci apprit la mort de Lénine, qui pour un temps arrêta la discussion. Celle-ci reprit en fin 1924, d'autant plus acharnée qu'après la mort de Lénine, la bureaucratie, par la plume de Staline, osa enfin parler de « socialisme dans un seul pays ». L'opposition se renforça alors, au moins temporairement, de tous ceux qui ne pouvaient renier leur formation internationaliste, même s'ils avaient, tels Zinoviev et Kamenev, contribué à amener la bureaucratie au pouvoir. Mais le vieux Parti bolchevik qui avait fait la révolution n'existait plus. Les militants de 1917 étaient submergés par le flot des nouveaux venus, par ceux qui étaient venus au Parti pendant ln guerre civile, la plupart dévoués et sincères, mais dépourvus de culture politique, par ceux
bien plus nombreux qui adhérèrent après 1921 avec parmi eux beaucoup d'arrivistes et de trafiquants en tous genres.

Il n'était pas au pouvoir de l'opposition d'arrêter le reflux de la révolution mondiale, elle ne pouvait prendre le pouvoir en URSS, mais ce n'est pas non plus ce qu'elle voulait. Défendant avec intransigeance les principes de la démocratie ouvrière, de l'internationalisme prolétarien, l'opposition trotskiste maintenait haut le drapeau révolutionnaire. Analysant l'évolution du monde moderne, la dégénérescence de
l'URSS, elle renouvelait et enrichissait le programme marxiste.

Malgré la répression bourgeoise, la calomnie et les méthodes de gangstérisme et d'assassinat du stalinisme, malgré l'extermination presque totale d'une génération de révolutionnaires, ce drapeau et ce programme sont restés vivants, et pour les militants qui s'attachent aujourd'hui à construire un parti révolutionnaire, ils représentent un capital inappréciable.

L'opposition de 1923 se voulait « bolchevik-léniniste », elle se défendait bien d'être trotskiste, mais l'histoire, comme ses adversaires, lui a donné ce nom, et avec le « Trotskisme » qui naissait en 1923, c'est le bolchevisme lui-même qui continuait.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas


Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Jeu 4 Jan - 22:02

Fichtre! J'en tremble!
Tu t'es abstenu, toi, de coller l'épithète "fascistes rouges", aux militants de Lutte Ouvrière, dont je suis ? Il me semble que non.
Je ne reçois aucun ordre venant de toi.
Et je te rappelle, au passage, que moi aussi, je suis modérateur.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Alex le Ven 5 Jan - 0:25

Je ne vois pas le rapport et je peux de toute façon te démontrer en quoi l'URSS s'est fondé sur des principes fascistes si ça t'amuses, ça ne me gêne aucunement de parler de "fascisme rouge".
En tout cas si tu "t'en branles" de Kronstadt, c'est ton problème mais on s'en fout complètement de le savoir. Perso ça me gave les centaines de messages sur Sarkozy mais je vais pas mettre un message "tout le monde s'en branle" parce que j'ai l'intelligence de comprendre que ça intéresse certaines personnes. Ici donc c'est une section du forum (sur laquelle je suis spécifiquement modo) réservée entre autres aux débats historiques, donc si tu "t'en branles" sous prétexte que "les gens dans la rue" s'en foutent, eh bien contente toi de parler de Sarkozy et de la guignolade de 2007, je te jure ça intéresse plein de monde. Laisse nous donc parler tranquillement de sujets qui n'intéressent personnes à part quelques anticommunistes d'extrême droite qui crachent leur haine sur les vrais et purs "Communistes" de LO et leurs ancêtres. Ceci dit vu les réactions épidermiques que tu peux avoir dès qu'on critique tes idoles, je me demande si t'en fous vraiment ou si c'est pas ton dernier argument pourri pour montrer que t'as raison (en vrai t'aurais peut-être mis tes couilles sur la table ou autre chose du genre, là tu peux juste éructer "tout le monde s'en branle", c'est lamentable).

_________________
Il faut rire de tout. C'est extrêmement important. C'est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans.
[Pierre Desproges]
avatar
Alex
moulin à paroles

Nombre de messages : 1100
Date d'inscription : 14/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Ven 5 Jan - 17:23

c'est pitoyable.
si tu ne sais pas faire la diifférence entre communisme fscisme et stalinisme, c'est justement parce que tu es au degré zéro de l'analyse politique et que tu es bien incapable d'aller au delà. Ta démonstration? Mais mon pauvre, j'en rigole d'avance.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par rachel le Ven 5 Jan - 20:24

Le texte " Retour sur la révolution russe et le stalinisme,
actualité du bolchevisme et de la lutte anti-bureaucratique "
d'un camarade de la Ligue étant très long , j'avais fait des erreurs en le coupant en morceaux , aussi je préfère mettre le lien http://forumtrots.agora-system.com/lcr/index.php?showtopic=10532&st=0 ; je reviendrai dans cette discussion quand nous ( LCR chez moi ) aurons avancé dans la recherche des signatures pour Olivier Besancenot . A+ !
avatar
rachel
Rang: Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 52741
Age : 64
Localisation : la seynesurmer
Date d'inscription : 13/09/2004

http://forummarxiste.forum-actif.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Alex le Sam 6 Jan - 14:23

Pedro a écrit:c'est pitoyable.
si tu ne sais pas faire la diifférence entre communisme fscisme et stalinisme, c'est justement parce que tu es au degré zéro de l'analyse politique et que tu es bien incapable d'aller au delà. Ta démonstration? Mais mon pauvre, j'en rigole d'avance.

Vu que tu considères la mise en place d'un Etat bureaucratique comme étant le symbole du communisme, je ne vois pas comment tu peux faire la différence avec le fascisme et la stalinisme, si ce n'est en débattant de différences de degré tout à fait dérisoires.
Les camps de travail, la "militarisation" des syndicats, les grands travaux? On trouve la même chose en Italie fasciste. Le Stalinisme ne sera que ça à plus grande échelle. Il n'y a bien que les croyants les plus bornés pour refuser de voir que Lénine avait comme projet d'installer un capitalisme d'Etat en Russie. Quand on leur dit ça, ça les fait rigoler, comme quand on dit à un curé que Jésus n'a pas existé.

_________________
Il faut rire de tout. C'est extrêmement important. C'est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans.
[Pierre Desproges]
avatar
Alex
moulin à paroles

Nombre de messages : 1100
Date d'inscription : 14/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Sam 6 Jan - 20:46

Alex a écrit:
Pedro a écrit:c'est pitoyable.
si tu ne sais pas faire la diifférence entre communisme fscisme et stalinisme, c'est justement parce que tu es au degré zéro de l'analyse politique et que tu es bien incapable d'aller au delà. Ta démonstration? Mais mon pauvre, j'en rigole d'avance.

Vu que tu considères la mise en place d'un Etat bureaucratique comme étant le symbole du communisme, je ne vois pas comment tu peux faire la différence avec le fascisme et la stalinisme, si ce n'est en débattant de différences de degré tout à fait dérisoires.
Les camps de travail, la "militarisation" des syndicats, les grands travaux? On trouve la même chose en Italie fasciste. Le Stalinisme ne sera que ça à plus grande échelle. Il n'y a bien que les croyants les plus bornés pour refuser de voir que Lénine avait comme projet d'installer un capitalisme d'Etat en Russie. Quand on leur dit ça, ça les fait rigoler, comme quand on dit à un curé que Jésus n'a pas existé.

En fait, je me suis trompé, tu n'es pas un "enculé", comme je l'avais dit dans un post précédent. Non, tu es juste un bouffon pitoyable, prétentieux.


Vu que tu considères la mise en place d'un Etat bureaucratique comme étant le symbole du communisme

Ouais, allez, encore un effort, tu vas bien arriver à me faire rire.
Sauf que j'ai juste expliqué que le Communisme n'avait jamais existé dans aucun pays, et qu'il ne peut exister qu'à l'échelle du monde.

Pour ta gouverne, le fascisme, c'est une réaction de la grande bourgeoisie contre la classe ouvrière, dans une période de grosse crise économique (genre 1929), pour sauvegarder ses intérêts, reconquérir des marchés.
Si il y a effectivement étatisation de l'économie, comme s'était le cas en Allemagne et en Italie, s'est dans le sens des intérêts de gros trusts (Thyssen, Krupp, etc, en Allemagne, Fiat, etc, en Italie), et il y a bien une énorme différence avec le système stalinien, vu qu'en urss, la bourgeoisie capitaliste, les gros propriétaires terriens, les grands financiers, etc, avaient été fichus en l'air par la révolution d'octobre, et que la bureaucratie, même si elle vivait mieux que le reste du peuple, n'était en aucun cas, socialement, à ranger dans le camps des capitalistes (ne serait-ce que parce qu'elle était loin du niveau de vie de ceux-ci).
Rien de se qui caractérise la production capitaliste, dans les états occidentaux n'était présent en urss : propriété privée des moyens de production, accumulation capitaliste, etc.
Bref, contrairement à ce que tu crois, dans ta bêtise profonde, il ne suffit pas de camps de travail, de grands travaux, de militarisation des syndicats, pour définir un état fasciste.

Enfin, bon, si s'est cela, ta démonstration, on a pas fini de s'amuser.
Et tu sais bien que tu n'auras pas affaire à un ingrat.


Dernière édition par le Sam 6 Jan - 21:02, édité 2 fois

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Sam 6 Jan - 20:49

Il n'y a bien que les croyants les plus bornés pour refuser de voir que Lénine avait comme projet d'installer un capitalisme d'Etat en Russie.

Tes croyances personnelles ne sont pas un état de fait.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Alex le Dim 7 Jan - 12:25

Il ne s'agit pas de croyances personnelles, Lénine l'a même écrit...

Enfin sur la propriété des moyens de production, c'est l'Etat qui les a acquis avec les bolchéviques, c'est bien pour ça qu'on parle d'un capitalisme d'Etat. Sur l'accumulation capitaliste, il ne faut pas oublier qu'on parlait "d'accumulation socialiste primitive", ce qui ressemblait étrangement à l'accumulation capitaliste primitive du XIXème des Etats européens...

_________________
Il faut rire de tout. C'est extrêmement important. C'est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans.
[Pierre Desproges]
avatar
Alex
moulin à paroles

Nombre de messages : 1100
Date d'inscription : 14/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 13:23

http://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1922/12/lt19221201a.htm


Strictement aucun rapport donc, entre l'accumulation capitaliste et la fameuse acumulation socialiste.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 13:27

Et si seulement tu comprenais un tant soi peu se qu'ont écrit Lénine et Trotsky...

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 13:35

La politique fiscale de l’Etat ouvrier et la concentration entre ses mains de toutes les institutions de crédit, méritent une mention spéciale, car elles sont un facteur puissant qui assure l’avantage à l’économie étatique qui, de par ses tendances, est socialiste, sur le capitalisme privé. La politique fiscale permet d’appliquer à l’économie de l’Etat une portion sans cesse croissante des revenus du capitalisme privé, et cela non seulement dans le domaine de l’agriculture (impôt en nature), mais aussi dans celui du commerce et de l’industrie. Ainsi donc, le capital privé lui aussi (concessions) devient, sous la dictature du prolétariat, un tributaire de l’accumulation socialiste primitive.

Je retiens tout particulièrement ce passage.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Alex le Dim 7 Jan - 15:27

Ce passage n'a rien de bien convaincant, si ce n'est que la mystification de l'emploi du terme "socialiste" (et des terme Etat ouvrier et dictature du prolétariat) apparaît au grand jour. Quel est donc l'intérêt, pour un ouvrier, d'avoir un propriétaire qui s'appelle Duchemin ou "Etat ouvrier" si ce premier n'a toujours aucune liberté dans la gestion de la production, bref si les moyens de production ne sont pas aux mains des travailleurs mais aux mains d'une clique de bureaucrates, fussent-ils de prétendus socialistes.
Ton discours est une grande fable, si jolie finalement. Lénine et Trotski se battant contre vents et marées face à tant de contre révolutionnaires (même ceux qui réclamaient tout pouvoir aux soviets comme à Kronstadt!), d'obstacles divers et variés et enfin leur pauvre défaite à cause des bourgeois de l'extérieur, de soi-disant nouveaux éléments au sein du parti et Staline. Belle histoire, mais qui correspond si peu à la réalité, du moins dans l'objectif que tu donnes aux bolchéviques.

Sur la comparaison avec le fascisme et aussi sur la réalité du bolchévisme, je me base essentiellement sur les écrits d'Otto Rhüle que j'ai déjà eu l'occasion de citer sur ce forum. Ces deux textes (qui sont proches et sont à certains endroits similaires, sans doute que l'un est plus ou moins une retouche ou un complément à l'autre) sont particulièrement intéressants:
La lutte contre le fascisme commence par la lutte contre le bolchévisme: http://bibliolib.net/article.php3?id_article=451

Fascisme Brun, Fascisme Rouge http://bibliolib.net/article.php3?id_article=452

Je te conseillerais aussi de lire "Lénine philosophe" de Pannekoek, tu ne peux pas ignorer un tel texte. Pour ma part, grâce à ce texte, j'ai fini de convaincre un ancien marxiste-léniniste qu'il fallait jeter Lénine aux poubelles de l'histoire...

Quelques extraits des textes d'Otto Rhüle:
« La chance particulière des bolchéviks en Russie était qu’ils avaient quinze ans pour mener à bien un combat préparé et conséquent contre les menchéviks (c-à-d. les opportunistes et les centristes ) et les gauches, et donc tout le temps pour préparer la lutte inévitable des masses pour la dictature du prolétariat. En Europe et en Amérique, nous devons exécuter la même tâche très rapidement ». Voilà ce qu’écrivait Lénine dans un article de 1920.

Pendant la même année, il fit paraître sa brochure Le gauchisme, maladie infantile du communisme qui devait préparer et fonder cette lutte. Dans les premières éditions, elle portait le sous-titre osé et discutable qui fut pour cette raison abandonné par la suite de : « Essai pour une présentation populaire de la stratégie et de la tactique marxistes ».

La circonstance qui a indiscutablement en premier lieu donné l’impulsion à ce travail était que le parti bolchévik n’avait pas été capable en trois ans ou presque de construire un véritable système des soviets. Il avait sans doute conquis le pouvoir politique avec l’aide du mouvement des conseils, dont l’essence lui était pourtant étrangère, il avait proclamé la dictature prolétarienne, mais il n’avait pas avancé d’un pas dans la stabilisation du pouvoir et dans la construction de son économie. Surtout, il n’était pas parvenu à inclure le système des conseils dans l’ensemble des mesures, tenues pour socialistes, concernant la structure politique de l’État, et ce parce que son essence lui était précisément étrangère. Il espérait passionnément pendant tout ce temps l’avènement de la révolution mondiale, dont il pensait qu’elle était la seule à pouvoir assurer sa puissance. Mais la révolution mondiale n’était pas aux ordres de la dictature russe et elle ne s’était pas produite.

Lénine reconnut alors qu’il était nécessaire et urgent de gagner enfin le prolétariat mondial à la théorie et à la pratique, à la stratégie et à la tactique des bolchéviks. Il s’inquiétait de voir que celui-ci ne montrait visiblement pas le moindre penchant pour les méthodes bolchéviques, en dépit du triomphe éclatant que le bolchévisme avait atteint en Russie. Plus inquiétant encore était que la 3ème Internationale, créée uniquement comme instrument de propagande pour la Russie, avait échoué ou peu s’en faut, ou les masses restaient dans le sein de la social-démocratie, ou leur activité révolutionnaire les poussait à rejoindre le mouvement des conseils, et plus particulièrement en Allemagne, en Hollande et en Angleterre.

Ce mouvement des conseils, Lénine ne pouvait l’utiliser en Russie. Il s’opposait à tout effort visant à le rallier à un mouvement révolutionnaire de type bolchévik. Une machine géante de propagande avait bien été mise sur pied à Moscou, mais les agitateurs radicaux d’extrême-gauche - et Lénine lui-même en témoigne - connaissaient mieux leur affaire que les émissaires du Parti Communiste. Ils étaient certainement moins payés, mais beaucoup plus convaincus et de meilleure foi. Le Parti Communiste est ainsi toujours resté un petit groupe bruyant et gesticulant entre les deux grands camps. A sa droite, la social-démocratie a gagné la plus grande partie des déchets prolétarisés de la bourgeoisie, du moins ceux qui n’ont pas grossi les ligues réactionnaires et revanchardes ; à sa gauche, le mouvement des conseils a exercé sur tous les éléments révolutionnaires du prolétariat un attrait irrésistible.

Il fallait donc donner plus de vigueur à la propagande bolchévique. Il fallait surtout faire feu de tout bois pour réduire l’extrême gauche. Car depuis que celle-ci avait été exclue et couverte de boue et d’outrages à la manière bolchévique, elle avait gagné la confiance et la considération des masses. Le système des conseils avait échoué en Russie - comment un mouvement concurrent pouvait-il avoir l’audace de prétendre prouver au monde que le mouvement des conseils était incompatible avec les méthodes bolchéviques, mais sûrement réalisable par d’autres méthodes ? Haro donc sur cette concurrence !

Furieux, Lénine s’assit dans son fauteuil et écrivit ce pamphlet vengeur. La peur enragée de perdre le pouvoir et la rage brûlante devant le succès des hérétiques guidaient sa plume. S’il avait été Staline, il les aurait déclarés ennemis publics et fait fusiller. C’est ainsi qu’il rédigea sa brochure : Le gauchisme, maladie infantile du communisme avec le sous-titre « Essai d’une présentation populaire de la stratégie et de la tactique marxistes » qui fut plus tard supprimé parce que le bluff faisait honte. Car s’appuyer sur Marx pour écrire cela, c’était du bluff et rien d’autre.

La brochure de Lénine était un écrit polémique plein de poison et de bile, agressif, grossier, un tissu de fausses interprétations, de suspicion et de falsifications, haineux et en rage de persécution comme une bulle d’excommunication, un vrai régal pour tout contre-révolutionnaire. Mais c’est en même temps, parmi tous les écrits de propagande bolchévique, celui qui dévoile sans ménagement et montre le plus clairement l’essence du bolchévisme. Le bolchévisme sans masque ! Quand Hitler interdit en Allemagne en 1933 toute la littérature socialiste et communiste, ce fut le seul écrit dont il maintint la publication. Et il savait ce qu’il faisait.

Il ne nous intéresse pas d’entrer ici dans ce que Lénine y dit sur la révolution russe, l’histoire des bolchéviks, les conflits avec les autres courants du mouvement ouvrier ou les conditions du succès des bolchéviks en Russie. Tout y est partial, discutable, contestable. Nous n’en n’avons pas la place. Nous voulons seulement insister sur les principaux points de la stratégie et de la tactique bolchéviques où s’expriment clairement les différences entre bolchévisme et extrême gauche.

Pour Lénine, la portée immédiate de son travail résidait dans la présentation de ces différences, et il les a présentée à sa manière. De son côté, l’extrême gauche a pris position et éclairé le problème de son point de vue. Il était facile à la propagande soviétique, qui travaillait avec des moyens matériels énormes, d’occulter considérablement la réfutation que donnait l’extrême gauche des thèses léninistes. Il ne s’agissait pas d’une discussion franche et honnête, mais d’une censure brutale. Ce qui correspondait à leurs intérêts immédiats [8].

Mais les intérêts ont changé, pas en Russie, mais dans le reste du monde. A l’époque, une partie importante du public mondial a mis ses espoirs dans un avenir meilleur, dans la Russie bolchévique. Pour la plupart, cet espoir s’est aujourd’hui envolé et tourné vers le fascisme. Cela nous amène à comparer le bolchévisme et le fascisme. Que montre cette comparaison ?

Une ressemblance stupéfiante dans les dispositions fondamentales des deux systèmes, la doctrine du pouvoir, le principe d’autorité, l’appareil de la dictature, la dynamique de la normalisation et les méthodes de contrainte physique : nous parlerons de tout cela plus en détail.

Qu’il soit dit ici que l’écrit, de Lénine correspondant à un besoin politique momentané, celui de clarifier l’essence du bolchévisme avec le fascisme comme toile de fond. Lénine a rendu un très grand service à ce débat. En croyant abattre l’extrême gauche, Lénine pensait sauver le pseudo-socialisme du bolchévisme et, en sauvant ce pseudo-socialisme, il fonda le fascisme. Le livre épargné par la haine de Hitler témoigne contre lui.

_________________
Il faut rire de tout. C'est extrêmement important. C'est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans.
[Pierre Desproges]
avatar
Alex
moulin à paroles

Nombre de messages : 1100
Date d'inscription : 14/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 16:48

A part des glaviots sur les Bolchéviks, ton otto rühle n'a rien de bien convainquant, et en tout cas, il ne propose rien de bien constructif.
Mais, je ne cherche pas à te convaincre en quoi que ce soit. Pour moi, tu n'es qu'un parfait salaud, qui n'hésite pas à reprendre les pires arguments des ennemis des militants ouvriers (quels qu'ils soient, d'ailleurs), tu n'es pas seulement quelqu'un qui ne comprends pas, non, ce serait trop simple, tu es objectivement un ennemi des travailleurs et, comme il est arrivé à certains (je dis bien certains, pas tous), anarchiste, au moment crucial, tu te retrouveras de l'autre côté de la barrière, celui de la contre-révolution.
tu peux me pondre tous les textes que tu veux. Je ne sais pas ce que tu crois, d'ailleurs, ou plutôt, qui, sur ce forum, tu cherches à convaincre, avec tes foutaises et tes tombereaux d'ordures, en tout cas, à priori, tu ne convainc guère que toi même. Bah, c'est déjà ça.
Je t'emmerde profondément, anarcho-fasciste.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Alex le Dim 7 Jan - 17:15

C'est bien, tu manies l'insulte comme tes idoles. C'est à LO qu'on vous apprend à insulter quand vous n'avez aucun argument? Je ne peux pas penser à autre chose quand je vois votre incapacité (toi et et les militants LO que je connais) à débattre, à discuter. Soit on est d'accord avec vous, soit on ne l'est pas et par conséquent on est fasciste et contre-révolutionnaire. Au moins quand je vois des témoins de Jéhova, ils me répondent poliment. Faudrait dire à ta direction que le parti vous forme comme ces allumés. A défaut d'être plus efficace, vous serez moins chiant.

Tiens un dernier article qui va te faire "dégueuler", car encore écrit par un salaud contre-révolutionnaire bien entendu:
http://www.mondialisme.org/article.php3?id_article=805

_________________
Il faut rire de tout. C'est extrêmement important. C'est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans.
[Pierre Desproges]
avatar
Alex
moulin à paroles

Nombre de messages : 1100
Date d'inscription : 14/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 19:58

Alex a écrit:C'est bien, tu manies l'insulte comme tes idoles. C'est à LO qu'on vous apprend à insulter quand vous n'avez aucun argument? Je ne peux pas penser à autre chose quand je vois votre incapacité (toi et et les militants LO que je connais) à débattre, à discuter. Soit on est d'accord avec vous, soit on ne l'est pas et par conséquent on est fasciste et contre-révolutionnaire. Au moins quand je vois des témoins de Jéhova, ils me répondent poliment. Faudrait dire à ta direction que le parti vous forme comme ces allumés. A défaut d'être plus efficace, vous serez moins chiant.

Tiens un dernier article qui va te faire "dégueuler", car encore écrit par un salaud contre-révolutionnaire bien entendu:
http://www.mondialisme.org/article.php3?id_article=805

Encore une fois, quel débat, quel échange d'idée peut on avoir avec un pauvre type de ton accabit, qui, lui même, n'hésite pas à manier l'insulte (fascistes rouges), le venin, à citer des auteurs qui gerbent sur les Bolchéviks, sans pour autant apporter la moindre démonstration de ce qu'ils avancent, etc? Aucun!
Quant à l' article de ton "contre-révolutionnaire", ma foi, il est fort mal écrit, pénible à lire, comme tout ce que tu nous propose, et il contient des calomnies. D'ailleurs, c'est bien tout ce que tu sais faire, calomnier.
Je me permettrai juste de revenir sur l'une d'entre elles : Les élus LO, partout ou il y en a, et ou il y en avait, n'empochent pas leurs indemnités d'élus, mais les remettent dans la caisse de l'organisation. C'est très utile, tu sais, pour financer nos activités militantes (affiches, par exemple).

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 20:09

La situation des travailleurs français et européens ne s’est pas améliorée d’un iota pendant leur mandat.

Carrément grotesque!
Oui parce que, c'est sûr, les élus LO comptaient sur leur présence au parlement Européen pour déclencher la révolution... La dessus, les élus LO n'ont jamais laissé planer aucun doute dans la tête des gens. En effet, ce n'est pas d' assemblées bourrées d'ennemis que peut venir le salut, pour les travailleurs. Toujours est il que nos élus n'ont jamais voté les saloperies dirigées contre le monde du travail, et ont au contraire profité du peu de tribune qui leur était laissé pour les dénoncer.
L'auteur de ses lignes croyait il, lui, naîvement, que la présence d'élus LO et LCR dans une assemblée bourgeoise allait changer brutalement la face du monde?
Mais comme nous le disons, nous, à LO, la seule chose qui peut inverser le climat social, actuellement en faveur de la bourgeoisie, c'est la remontée des luttes. Et les militants de LO seront de ces batailles là, comme d'habitude.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 20:28

C'est bien, tu manies l'insulte comme tes idoles.

Nous ne manions l'insulte que contre les connards.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 20:49

Tiens, pour celles et ceux qui veulent lire la brochure de Lénine, sur la maladie infantile du Communisme. Ils pourront constater que les critiques de Lénine sont particulièrement bien senties, et qu'en comparaison, otto ruhle est un bien pâle théoricien ou écrivain.

http://www.marxists.org/francais/lenin/works/1920/04/gauchisme.htm

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Dim 7 Jan - 21:31

Qu’il soit dit ici que l’écrit, de Lénine correspondant à un besoin politique momentané, celui de clarifier l’essence du bolchévisme avec le fascisme comme toile de fond. Lénine a rendu un très grand service à ce débat. En croyant abattre l’extrême gauche, Lénine pensait sauver le pseudo-socialisme du bolchévisme et, en sauvant ce pseudo-socialisme, il fonda le fascisme. Le livre épargné par la haine de Hitler témoigne contre lui.

Faut être un sacré dégueulasse pour écrire une saloperie anti-Communiste pareille.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Alex le Dim 7 Jan - 23:32

Encore une fois, quel débat, quel échange d'idée peut on avoir avec un pauvre type de ton accabit, qui, lui même, n'hésite pas à manier l'insulte (fascistes rouges), le venin, à citer des auteurs qui gerbent sur les Bolchéviks, sans pour autant apporter la moindre démonstration de ce qu'ils avancent, etc? Aucun!

Tu te fous de ma gueule une fois de plus, les textes que je te mets en lien apportent de multiples démonstrations et sont riches de raisonnements intéressants. Tout ce que tu en tires, c'est de cracher ta haine débile sur moi. Voilà donc toute la preuve de ta pauvreté intellectuelle, de ton discours enregistré sur un disque rayé qui radote toujours les mêmes conneries: "tais toi et marche au pas, le parti veille au grain!"

Oui parce que, c'est sûr, les élus LO comptaient su
r leur présence au parlement Européen pour déclencher la révolution... La dessus, les élus LO n'ont jamais laissé planer aucun doute dans la tête des gens. En effet, ce n'est pas d' assemblées bourrées d'ennemis que peut venir le salut, pour les travailleurs.

Arf, tu reconnais là que ce ne sont que foutaises!! Vous trompez les électeurs avec vos campagnes démagogiques et platement réformistes. De plus personne ne vous demande de siéger avec les post-staliniens au parlement européen, mais ça vous vous privez bien de le dire aux électeurs!

Je me permettrai juste de revenir sur l'une d'entre elles : Les élus LO, partout ou il y en a, et ou il y en avait, n'empochent pas leurs indemnités d'élus, mais les remettent dans la caisse de l'organisation. C'est très utile, tu sais, pour financer nos activités militantes (affiches, par exemple).

Ça oui, pour recouvrir les panneaux d'affiches hideuses et prétentieuses ou fournir des analyses de merde sur le mouvement anti-cpe en crachant sur les militants, voilà à quoi sert ce pognon.

Sur le livre de Lénine, effectivement, on peut y lire les conneries lamentables sur le parlementarisme ou la place des chefs, tout ce qui est fort justement dénoncé par Otto Rhüle. Eh oui Hitler a autorisé ce livre, et ça devrait quand même te faire réfléchir un minimum! Mais non, monsieur persiste à ne voir qu'un complot d'anti-communistes... Il faut juste voir qu'Hitler avait apprécié ce livre, ce qui n'est pas étonnant pour quelqu'un qui avait le culte du chef dans la peau et l'ordre et la discipline comme seuls mots d'ordre! Parce que la plus belle ordure dans ce jeu là, ça a bien été Lénine qui s'est permis d'insulter et de faire une leçon pitoyable aux militants allemands. La plus belle récompense qu'il ait eu effectivement, c'est qu'Hitler autorise ce livre. Reste aujourd'hui que face à l'élan militant des jeunes, il se trouve des vieux cons pour ressortir ce bouquin puant et freiner les initiatives.

Autre chose, je ne t'ai pas traité personnellement de fasciste rouge, mais toutes tes références "intellectuelles" ne méritent à mes yeux que ce qualificatif. Ceci dit, je connais très bien ce procédé qui consiste à insulter personnellement face à des arguments fondés tout de même sur des faits et écrits vérifiables: c'est la façon la plus pitoyable de se défendre, la façon la plus basse qu'il soit. Et je sais que tu m'aurais en face, tu tenterais sûrement de me casser la gueule, parce que ce serait ton seul moyen de défense, comme ça a failli l'être pendant les manifs avec d'autres gus de ton acabit qui voulaient s'en prendre à moi ou mes camarades (heureusement bien plus nombreux que ces fous furieux, de ces inquisiteurs rouges et imbéciles aux analyses navrantes et toujours fausses au final).

Le débat a dévié, désolé pour ceux et celles qui voulaient discuter du sujet d'origine (Trotski, le bolchévisme et ses relations avec le stalinisme) mais ça commence a légèrement me lourder qu'un fanatique laisse 5 messages de suite à chaque fois juste pour me traiter de connard ou autre nom d'oiseau sans jamais reprendre mes arguments ou tenter de justifier ses positisions (outre que par des "c'est nous qui défendons le vrai Communisme circulez y a rien à voir").

_________________
Il faut rire de tout. C'est extrêmement important. C'est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans.
[Pierre Desproges]
avatar
Alex
moulin à paroles

Nombre de messages : 1100
Date d'inscription : 14/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Lun 8 Jan - 12:32

Alex a écrit:
Encore une fois, quel débat, quel échange d'idée peut on avoir avec un pauvre type de ton accabit, qui, lui même, n'hésite pas à manier l'insulte (fascistes rouges), le venin, à citer des auteurs qui gerbent sur les Bolchéviks, sans pour autant apporter la moindre démonstration de ce qu'ils avancent, etc? Aucun!

Tu te fous de ma gueule une fois de plus, les textes que je te mets en lien apportent de multiples démonstrations et sont riches de raisonnements intéressants. Tout ce que tu en tires, c'est de cracher ta haine débile sur moi. Voilà donc toute la preuve de ta pauvreté intellectuelle, de ton discours enregistré sur un disque rayé qui radote toujours les mêmes conneries: "tais toi et marche au pas, le parti veille au grain!"

Oui parce que, c'est sûr, les élus LO comptaient su
r leur présence au parlement Européen pour déclencher la révolution... La dessus, les élus LO n'ont jamais laissé planer aucun doute dans la tête des gens. En effet, ce n'est pas d' assemblées bourrées d'ennemis que peut venir le salut, pour les travailleurs.

Arf, tu reconnais là que ce ne sont que foutaises!! Vous trompez les électeurs avec vos campagnes démagogiques et platement réformistes. De plus personne ne vous demande de siéger avec les post-staliniens au parlement européen, mais ça vous vous privez bien de le dire aux électeurs!

Je me permettrai juste de revenir sur l'une d'entre elles : Les élus LO, partout ou il y en a, et ou il y en avait, n'empochent pas leurs indemnités d'élus, mais les remettent dans la caisse de l'organisation. C'est très utile, tu sais, pour financer nos activités militantes (affiches, par exemple).

Ça oui, pour recouvrir les panneaux d'affiches hideuses et prétentieuses ou fournir des analyses de merde sur le mouvement anti-cpe en crachant sur les militants, voilà à quoi sert ce pognon.

Sur le livre de Lénine, effectivement, on peut y lire les conneries lamentables sur le parlementarisme ou la place des chefs, tout ce qui est fort justement dénoncé par Otto Rhüle. Eh oui Hitler a autorisé ce livre, et ça devrait quand même te faire réfléchir un minimum! Mais non, monsieur persiste à ne voir qu'un complot d'anti-communistes... Il faut juste voir qu'Hitler avait apprécié ce livre, ce qui n'est pas étonnant pour quelqu'un qui avait le culte du chef dans la peau et l'ordre et la discipline comme seuls mots d'ordre! Parce que la plus belle ordure dans ce jeu là, ça a bien été Lénine qui s'est permis d'insulter et de faire une leçon pitoyable aux militants allemands. La plus belle récompense qu'il ait eu effectivement, c'est qu'Hitler autorise ce livre. Reste aujourd'hui que face à l'élan militant des jeunes, il se trouve des vieux cons pour ressortir ce bouquin puant et freiner les initiatives.

Autre chose, je ne t'ai pas traité personnellement de fasciste rouge, mais toutes tes références "intellectuelles" ne méritent à mes yeux que ce qualificatif. Ceci dit, je connais très bien ce procédé qui consiste à insulter personnellement face à des arguments fondés tout de même sur des faits et écrits vérifiables: c'est la façon la plus pitoyable de se défendre, la façon la plus basse qu'il soit. Et je sais que tu m'aurais en face, tu tenterais sûrement de me casser la gueule, parce que ce serait ton seul moyen de défense, comme ça a failli l'être pendant les manifs avec d'autres gus de ton acabit qui voulaient s'en prendre à moi ou mes camarades (heureusement bien plus nombreux que ces fous furieux, de ces inquisiteurs rouges et imbéciles aux analyses navrantes et toujours fausses au final).

Le débat a dévié, désolé pour ceux et celles qui voulaient discuter du sujet d'origine (Trotski, le bolchévisme et ses relations avec le stalinisme) mais ça commence a légèrement me lourder qu'un fanatique laisse 5 messages de suite à chaque fois juste pour me traiter de connard ou autre nom d'oiseau sans jamais reprendre mes arguments ou tenter de justifier ses positisions (outre que par des "c'est nous qui défendons le vrai Communisme circulez y a rien à voir").

Tu te fous de ma gueule une fois de plus, les textes que je te mets en lien apportent de multiples démonstrations et sont riches de raisonnements intéressants. Tout ce que tu en tires, c'est de cracher ta haine débile sur moi. Voilà donc toute la preuve de ta pauvreté intellectuelle, de ton discours enregistré sur un disque rayé qui radote toujours les mêmes conneries: "tais toi et marche au pas, le parti veille au grain!"

Je ne t'ai jamais autant prix au sérieux, s'est dire!
Pour ce qui est du raisonnement, alors là, c'est à hurler rire.
Je maintiens : quel débat peut on avoir avec un type comme toi, arrogant, imbu de lui même, et qui nous sers du vomi en nous disant que se sont des démonstrations implacables?

Arf, tu reconnais là que ce ne sont que foutaises!! Vous trompez les électeurs avec vos campagnes démagogiques et platement réformistes. De plus personne ne vous demande de siéger avec les post-staliniens au parlement européen, mais ça vous vous privez bien de le dire aux électeurs!

Et en matière de démagogie, toi, tu t'y connais.

Ça oui, pour recouvrir les panneaux d'affiches hideuses et prétentieuses ou fournir des analyses de merde sur le mouvement anti-cpe en crachant sur les militants, voilà à quoi sert ce pognon.

Aucune analyse de fond, juste des glaviots.

Sur le livre de Lénine, effectivement, on peut y lire les conneries lamentables sur le parlementarisme ou la place des chefs, tout ce qui est fort justement dénoncé par Otto Rhüle. Eh oui Hitler a autorisé ce livre, et ça devrait quand même te faire réfléchir un minimum! Mais non, monsieur persiste à ne voir qu'un complot d'anti-communistes... Il faut juste voir qu'Hitler avait apprécié ce livre, ce qui n'est pas étonnant pour quelqu'un qui avait le culte du chef dans la peau et l'ordre et la discipline comme seuls mots d'ordre! Parce que la plus belle ordure dans ce jeu là, ça a bien été Lénine qui s'est permis d'insulter et de faire une leçon pitoyable aux militants allemands. La plus belle récompense qu'il ait eu effectivement, c'est qu'Hitler autorise ce livre. Reste aujourd'hui que face à l'élan militant des jeunes, il se trouve des vieux cons pour ressortir ce bouquin puant et freiner les initiatives.

Au contraire, dans son bouquin, Lénine explique très bien ce qu'est le gauchisme et les bêtises qu'il peut mettre dans la tête des gens.
"Réfléchir"? Connais tu seulement le sens de ce mot? Non, bien sûr!
Quant au bouquin de Lénine, je l'ai lu, et je revendique pleinement ce qu'il contient. Cela ne fais pas de moi un disciple de hitler. Franchement, les conneries qu'écrit otto ruhle, à part sa totale incompréhension de ce que pouvait écrire Lénine (lequel avait tout à fait raison de mettre les Communistes de gauche le nez dans leurs conneries - il faut savoir mettre les gens le nez dans la merde, pour qu'ils se rendent compte que s'en est), cela ne prouve strictement rien. C'est même d'une bêtise effarante, de sous entendre que "Lénine s'est la même chose qu' hitler, parce qu'hitler n'a pas brûlé la maladie infantile du Communisme". Chapeau la démonstration! Eh bien moi, je l'ai relu, et je suis encore plus d'accord avec Lénine!
Ca me fais franchement marrer de voir aboyer contre un révolutionnaire et un théoricien comme Lénine. On dirait un roquet baveux et merdeux qui veux mordre quelqu'un de beaucoup trop grand pour lui.

Autre chose, je ne t'ai pas traité personnellement de fasciste rouge, mais toutes tes références "intellectuelles" ne méritent à mes yeux que ce qualificatif. Ceci dit, je connais très bien ce procédé qui consiste à insulter personnellement face à des arguments fondés tout de même sur des faits et écrits vérifiables: c'est la façon la plus pitoyable de se défendre, la façon la plus basse qu'il soit. Et je sais que tu m'aurais en face, tu tenterais sûrement de me casser la gueule, parce que ce serait ton seul moyen de défense, comme ça a failli l'être pendant les manifs avec d'autres gus de ton acabit qui voulaient s'en prendre à moi ou mes camarades (heureusement bien plus nombreux que ces fous furieux, de ces inquisiteurs rouges et imbéciles aux analyses navrantes et toujours fausses au final).

Tu aggraves ton cas, là. Pour moi, tu n'es qu'une ordure de la pire espèce.
"Je ne t'ai pas traité de fasciste rouge"... "mais toutes tes références intellectuelles ne méritent, à mes yeux, que ce qualificatif"... Si ça c'est pas me prendre pour un fasciste!
Mes références, je les assume, j'en suis fier.
Je n'ai jamais vu, dans ta prose, d'arguments fondés, juste de monceaux de saloperies sur d'autres révolutionnaires.
Tu as raison. A te lire, on a franchement envie de te casser la gueule, et je serais pas surpris des copains, à Anger, en aient eu envie.
Bon, je me rassure en me disant que, vu la nullité de tes propos, tu ne dois pas entraîner grand monde derrière toi, à part une poignée fous, de gauchistes écervelés.
Quant aux analyses navrantes de LO, essaie seulement d'écrire trois lignes d'une analyse politique un tant soi peu correcte, et après, tu te permettras de donner des leçons aux camarades. Mais vu ton niveau, va falloir que tu lèves tôt le matin.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Pedro le Lun 8 Jan - 12:34

vu que ce fil part, depuis un certain temps, en c... , je prends, à présent, la décision de le fermer.
Kermit, nous continuerons notre discussion très intéressante, sur un autre fil, à l'occasion. Au plaisir de te lire, et de bavarder avec toi.

_________________
avatar
Pedro
Blablateur(euse)

Masculin
Nombre de messages : 4132
Age : 51
Localisation : Petrograd
Date d'inscription : 13/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Re: 15 12 1923 : début de la lutte entre Trotsky et staline

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum